J’écris les premiers mots de ce blog. Je veux consacrer une partie de mon temps libre à la rédaction d’un journal, mon journal de réalisateur de films d’animation.

L’année 2012 s’achève, elle a été riche de eux réalisations. L’une, patient et ambitieus : No Man’s Land, épisode 1. L’autre facile et légère : Dans la peau de Gilgo.

L’idée de ce blog m’est venue en méditant sur le manque de blogs sur le monde du machinima. Pour moi un créateur de machinimas est intéressant, tant qu’il est productif, et c’est mon cas. Je sors en moyenne deux films par an. En ce mois de de novembre, l’heure est à la maturation de nouveaux projets, la conscientisation d’idées et de désirs, mais tout cela ne peut déboucher sur un projet concret tant qu’il n’y a pas eu d’action artistique, la fabrication d’un storyboard ou l’écriture d’un scénario, concentré d’une histoire.

Enfin, après le saut qualitatif important que représente No Man’s Land en terme de modding, de mise en scène, de montage et d’effets spéciaux, et donc d’ambition, je ne trouve plus mon identité en tant que simple “machinimaker”, terme générique par lequel se définissent les apprentis et débutants dans ce genre. J’avais désormais le choix entre deux termes à la hauteur de mon potentiel actuel : “machinéaste” ou “machinimiste”. C’est pour ce dernier que j’opte car il est d’origine qnglaise et a une douce résonnance en mon esprit.

Nous allons rentrer dans le vif du sujet, plus tard. En attendant, le blog est né.

Advertisements